Procès des Faucheurs: l’opacité des semenciers demeure !

energie
logo fb

Procès des Faucheurs: l’opacité des semenciers demeure !

06.03.2023

Six Faucheurs Volontaires, jugés le 14 décembre dernier par le tribunal de Dijon, viennent d’être condamnés à 800 € d’amende avec sursis chacun. Les dommages et intérêts réclamés par les parties civiles ont été fortement revus à la baisse : 3288 € de préjudice pour la société KWS et 8500 € pour l’agriculteur qui hébergeait l’essai. Ce procès n’aura pas permis de lever l’opacité sur les pratiques de KWS et si le quantum de la peine est bien en-deçà des réquisitions, ce jugement revient à légitimer les firmes semencières et leur volonté de passer en force pour imposer leurs semences OGM.

Le 15 avril 2017, ces 6 personnes avaient participé au fauchage d’une plateforme de colza à Villy-le-Moutier en Côte-d’Or, en compagnie de plus de 100 Faucheuses et Faucheurs Volontaires venu·es de toute la France. Ils avaient neutralisé une plateforme d’essais variétaux mise en place par la firme semencière KWS. Seules les 6 personnes originaires de Côte-d’Or avaient été jugées, alors qu’une trentaine d’autresparticipant·esayant demandé à comparaître volontairement, avaient été débouté·es de leur demande.

KWS produit et commercialise des semences de colza OGM « Clearfield » rendues tolérantes à des herbicides par des techniques de mutagenèse in vitro soumettant des cellules de plantes à des agents mutagènes chimiques. Ces semences de colza sont commercialisées sans évaluation préalable, ni étiquetage, ni traçabilité, en violation de la réglementation OGM.De plus, elles sont brevetées, et ne peuvent donc avoir été obtenues par « sélection traditionnelle ou aléatoire ».

Face à la pression de KWS et des autres firmes semencières, et face à un gouvernement qui n’hésite pas à refuser d’appliquer la loi, les Faucheur·euses Volontaires se retrouvent en nécessité d’agir par des actions de désobéissance civile pour que les droits de tous, paysan·nes et consommateur·trices, soient respectés.

La Confédération paysanne apporte son soutien aux 6 personnes condamnées et continuera à militer pour l’arrêt des cultures VrTH, contre la déréglementation des OGM et contre les brevets sur le vivant qui permettent à quelques multinationales semencières de s’emparer du contrôle de l’agriculture et de l’alimentation mondiale.

 


Contacts :

Nicolas GIROD – Porte-parole de la Confédération paysanne – tél: 06 07 55 29 09

Vincent DELMAS – Secrétaire national – tél: 06 07 69 36 25

Marie-Pierre RÉPÉCAUD – Secrétaire nationale – tél: 06 84 18 99 58

Guy KASTLER – Commission semences – tél: 06 03 94 57 21

Caroline NUGUES – Chargée de communication – tél: 06 95 29 80 78

Source: https://www.confederationpaysanne.fr/rp_article.php?id=13279

.